Collection: Boitumelo Diseko

Intéressé(e)s par l'une ou l'autre des oeuvres dans cette collection?

By: Diseko Boitumelo

paysages et mémoire, psychologie environnementale, Afrique du Sud, semi-abstrait, lignes de contour

Quelque part entre le figuratif et l'abstrait, Diseko utilise les lignes de contour pour créer des images qui relient la forme humaine au terrain qu'elle habite. Des lignes fluides vont et viennent, formant des personnes translucides, des paysages et les histoires qui se développent entre eux.

Diseko est saisie par la psychologie environnementale, c'est-à-dire l'interaction entre les êtres humains et leur environnement, et la façon dont elle s'imprime sur l'histoire et l'art. Elle s'inspire des événements sociétaux en Afrique du Sud, de la foi, ainsi que des éternelles énigmes de la vie.

"Me mettre dans un espace différent, que ce soit en lisant un livre ou en interagissant avec les gens du coin, suscite l'inspiration".  (Boitumelo Diseko)

Kgosigadi (2021)

Kgosigadi signifie Reine dans la langue Setswana. La reine Mmanthatisi a dirigé la tribu des Batswana, qui comptait à l'époque plus de 40 000 personnes, en Afrique du Sud au 19e siècle. Elle était connue pour son excellent leadership et sa bravoure. Les Tswanas ont migré de différentes régions d'Afrique vers le sud, au Botswana et en Afrique du Sud, d'où les différentes couleurs du visage de la reine.

Origin (2020)

L'origine concerne le Congo belge, représenté sur la vieille carte à l'arrière-plan. Le roi Léopold II est au centre de l'œuvre d'art en train de collecter les bénéfices volés sur le territoire.

Le Congo belge était une colonie d'Afrique centrale de 1908 à son indépendance en 1960. L'œuvre d'art est une documentation des atrocités commises à cette époque pour maximiser les profits du roi belge.  Les entreprises étrangères exploitaient les ressources naturelles telles que le caoutchouc et l'ivoire dans l'anarchie la plus totale. La population congolaise a fortement diminué en raison du travail forcé, des mutilations et des meurtres de la population indigène.

Tshaba (2020)

L'œuvre traite de l'objectivation du corps féminin dans notre société. Cela contribue aux problèmes de santé mentale qui affectent les femmes, tels que les troubles alimentaires et la dépression.

C'est aussi la raison pour laquelle les femmes sont victimes d'agressions sexuelles, d'où la présence de créatures noires en arrière-plan. Tshaba est un mot Setswana qui signifie "courir", afin d'encourager les femmes à ne pas tomber dans le piège de l'objectivation qui les rend malheureuses de leur corps.

Misunderstood (2020)

Cette œuvre d'art a été créée pendant les premières semaines où j'ai été enfermée et isolée en raison de la pandémie de Covid-19. Cette œuvre est l'expression visuelle de mes émotions. Le fait de ne pas pouvoir aller au travail ou ailleurs, à part acheter de la nourriture, met l'esprit à rude épreuve. L'environnement joue un rôle énorme dans le bien-être mental d'une personne.

Hosea (2020)

Osée est le nom d'un personnage biblique. L'histoire est là pour inspirer les gens et leur faire comprendre que, quelles que soient les épreuves qu'ils traversent, la grâce et l'amour de Dieu sont suffisants pour les aider à les surmonter. Le personnage au premier plan de l'œuvre a perdu la plupart de ses biens et certains membres de sa famille. En tant qu'êtres humains, nous ne pouvons échapper à la tragédie, mais nous savons que nous ne sommes pas seuls, d'où que nous venions.

Merci de nous laisser un message en bas ou nous joindre à travers une autre voie de contact ci-dessous.

Nous appeler

Téléphone: 0041 (0)79 467 84 86

Nous écrire

E-mail: contact@gallerybrulhart.ch

Nous retrouver

Rue des Vollandes 21
1207 Genève

Copyright 2021 Gallery Brulhart © All Rights Reserved